SAUVE

Dictée intérieure

 

 

Assis sur l’herbe         aux feuilles mortes   ils s’étreignent   se tiennent     pour ne pas tomber  sous les arbres        jusqu’à disparaitre, ils tuent             l’ennui au flipper        boudent          et se bagarrent, ils mentent              sur place         les ambitions               s’éloignent              le long              de la nationale, ils seront licenciés               divorcés          cocus                cancéreux       mais ils ne déchantent pas.

 

Ils   dépensent             leur présent   avec assurance               leurs enfants après eux                       alors qu’elle sort      hurler  ses pleurs                    « t’es où ? »     elle répète une voix           sort de l’inconnu.       Les larmes s’évaporent.

 

 

 

 

 

Ils occupent la nuit.                L’alcool les exaspère .              La vie les préoccupe.

Ils vident leurs bouteilles    qui deviennent          des quilles.             Ils laissent      toutes sortes               d’empreintes,               ils savent qu’ils ne trouveront pas                         l’humanité à l’unisson              mais ils cherchent                   ils surenchérissent               ce murmure   à la cantonade                          l’hymne à la joie         l’Himalaya de l’humanité, enfin,   les barrières tombent,           l’ami de l’homme s’en mêle,                      les travailleurs se lèvent                    puis                   ce sont les échafaudages.                  

 

 

L’aurore pointe                        c’est l’hymne de la réconciliation ils sont au bord du comas.                  Sur tous les toits  les goélands crient,                 les matinaux regardent       leur montre,               ils sont passés à coté              ,             ils ont peur     de ne plus être.                         Ils sortent       et pressent le pas,      avides de nouvelles fraiches

 

 

 

 

 

Bientôt blottie            dans le ventre creux de la matinée               une veille dame au ban de la société des actifs              ouvre grand.  La fille donne la béquée.       La mère ne sait plus qui est                    sur le trottoir.              Le fils pousse              son père           jusqu’à l’église « bonjour mais on se revoit dans deux minutes,               au paradis. »

 

Jour de pic. Au pied des sept étages,            depuis la cour     jusqu’au bac à sable, une petite fille            tire son papa          en short et maillot jaune.      Il tousse.              Ce qui les a salis ?     

 

Les dames mises        sur leur trente et un,              agitent leurs éventails.          

Tandis qu’ils suivent              leur procession          -la menace d’un désordre inclus dans la          fanfaronnade,              -James Bond marche              dedans, ne pas verser une seule larme.                       Ils descendent              le cours de leur vie    avec des images saintes                      si souvent       pour assouvir              .

 

Une naine rougit                      en remontant la foule              regarde droit devant               quant à l’heure la plus ensoleillée                        à deux pas la criée,    elle boit      une bière aux abords                           au bar des desesperados               l’alcool, l’amour, les coups   sur le visage.               Des bas fonds              on entend la criée.

 

 

 

 

 

 

 

Il fait la manche          à bras ouvert,              le sourire sans dent.

 

A chaque fois               qu’il leur reste            du temps,              ils fument.                    En exil dans l’agora,  c’est gratuit.                          

 

Inlassable,      il lance la mie de pain            aux oiseaux de son monde. Il parle           à l’un d’eux,    sur la fontaine,                        étranger          à son milieu                 mais que font les dieux         là-haut ? 

 

Il a prise                        sur le réel.                    Devant l’institution,   il pose             un sourire surdéterminé.                   Il peut durer longtemps        face aux visiteurs               des pays

étrangers.

 

Les uns             derrière les autres                  déambulent,              ils s’arrêtent               pour tromper la continuité ;     Se réfrigèrent et ils acquièrent                      des sacs           de marque à lanière qu’ils portent              avec leurs enfants     en bandoulière ;               Posent,             prêts à porter tout achat d’impulsion    qui puisse       instantanément          les maintenir sur la crète.           Soudain, ils prennent l’initiative de se désaltérer. Une accumulation de mignardises   au son du folklore     local.   Le sol s’enfonce.        L’après-midi devient franchement               grésillant.      

 

 

 

 

 

 

 

 

Un jour où les eaux   stagnent plutôt,                        il longe   le quai en comptant   chaque pas                   la vie                 pendue             à son cou.        Il a recours à la nature dans le camping, il récite     sa langue         entre l’heure creuse             et          la fin de journée, il     sait              qu’il est là                     pour    un moment. Il apprend          à oublier.

 

Il se réveille                 d’une guerre  sur un matelas double              littéralement alité     cherche l’étreinte.              Il lit,     se rendort,                   étouffe             dans un tunnel        bien éclairé                  avant de convertir                   la journée       du bon côté. 

 

Touché du doigt         par un monde              faisant fonction,          il pointe l’ennemi      le titille,              décharge,        exalte,              hébergé           par un système d’exploitation.                       Quel temps fait-il ?   

Depuis son écran,                    le monde s’est               dévitalisé.                    

 

Au fond des villes habitées, ils recouvrent              le silence              ils vont jusqu’au bord            de l’apnée.              Ils épuisent    le soir.             

 

 

 

 

 

 

Sans ressources,         point d’interrogation              au coin de la rue,             elle      souffle sur les braises              pour    que la vie         chante,             elle       joue              de l’harmonica                          puis     elle enlève               chaque caillou            de sa marche  pour mettre de l’ordre        à la ligne

 

 

Devant la résilience, les moments ont aussi          leur vielle femme  qui se tiennent           par le tablier                sur le banc du bus                   qu’elles ne prendront plus,          elles s’en retournent,  réjouissent                 la nuit tombée.

 

              Au balcon,                    elle       au singulier                  tisse des liens                           avec d’autres invisibles,                     regarde            toutes ses soirées                    et les voitures passer.                          De son alcôve, elle                   est rangée des voitures                       des voitures                 le temps est son œuvre.

Demain, elle court le marathon        pour être sûre               de ne pas être             la dernière.

 

Elle      n’est pas          sexe     cette autre      qui       pour avoir    une version    d’elle-même                 qui tienne,                    met      en boîte           le paysage       dans une tenue de camouflage.             La forêt est endormie.

 

Les belles de jour, quant à elles,      ont fait le choix de l’ombre                          pour éviter     le rayon optique               des sections d’assaut. En prenant la parole              elles s’excusent. Bientôt furtives                   elles développent un raisonnement pour                          noyer               le poisson.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il traverse       le fleuve, assis. Dans la position       exacte               du lecteur,                    l’immobile                    n’est pas       inquiété           le journal en main                   le monde              le confond                     avec les présents.

Il lit plutôt                    n'importe où, la langue pendante               à l'intérieur, en bougeant     le moins possible. Il a un cadre                     pour chaque œil. Ça passe plus vite      jusqu'à épuisement, alors,                il débarque.

 

Sur le circuit court de l'ile, quand les corps du couple                   se mettent en chemin, ce n'est que              pour tuer le temps. Vient le moment        de s'attabler,               ils s'envoient des photos à la figure                           en souriant, chacun visionne            et commente à satiété           le paysage. Entre deux plats,                           l'attente dure au-delà. Silence.         Ils enfilent un masque pour s'absenter       jusqu'à la prochaine bouchée, (éviter le court circuit),                  comme ça ils ne seront         pas mangés.

 

 

 

 

 

 

Il cherche des émissions                     polluantes      pour valider             son début        d’asphyxie.     Il conjure ainsi    la menace.

A l’intérieur et une fois sur trois     il                         se détourne de sa femme, le conducteur de drone.   Il décide de marcher dehors, le regard vers le bas.

Il traverse l'actualité              entre chez lui et la boulangerie,   prêt à atterrir sur le premier            fait divers. Deux points, ouvrez les guillemets :

«  -Les requins profitent des inondations pour envahir            les villes.

-Il y a des crocodiles dans les égouts de Paris.      

-Bob Marley                 a été assassiné            par la CIA.

-L’ancien Pape                          s’est rendu      en pèlerinage      à la Mecque. »

 

 Le mal est en lui.       Ailleurs, le monde craque    à toutes les échelles. Il veut                  toute la lumière. Il fonce tête baissée      vers la vie.

 

 

 

 

 

 

 

Au crépuscule,            c’est toujours une élève                      qui dévore      à l’âge mûr      miséricorde                -un énième rapport                pour être bien notée.

Irréprochable, elle a déjà légué son corps à la science              en attendant  le salut             chimère,          elle a la libido détournée   du paysage.   

Qu’est-ce que la nuit ? Elle est                        dans cet opposé-là.       Un autre univers, développer           la nuit blanche, ne pas faire garrot. Se décaler.     L’idée de chanter.           Elle rêve          d’un paradis   mais se ravise. Le paradis      peut être difficile       pour des êtres qui ne sont pas              des anges. Le paradis peut être difficile pour des êtres               qui ne sont pas des anges. En attendant d’être consolée par                 quelqu’un ou quelque chose, elle se convertit               au papillonage, plonge dans le tarot            de Marseille, c’est plus   terre à terre.

Il est très apprécié     car il est très parlant et               permet de donner     pas mal de précisions.

Elle s’enroule au doute          au chevet         de son intuition.

Elle frissonne sur les trottoirs de la Ville                 qui s’éveille, puis tombe               comme une pierre aux heures ouvrables, le couvre-feu      du feu intérieur n’aura pas lieu.

 

 

 

 

 

 

 

Alors que plus invisible         parmi l’innombrable               un jeune homme        s’élance            dans la métropole de son destin                     pour y combattre l’altitude. Comme       la Ville est vertigineuse, il se déplace            en comptant                 ses pas, invente des allers puis des retours,          s’entraine à la contrainte, il est        au bord de l’incident.

Il marche         dans une fourmilière de costumes cravates,                        se glisse entre les carrières, en visant l’ascenseur. Il s’immerge      dans les quartiers du tertiaire, il n’a aucune assurance. Il invente d’autres rituels, va                      souffler dans les églises et trinque               au bar des habitués. Visiteur, il se transforme              au pied des monuments, gagne en proximité                       des nantis de l’humeur. La vie triomphe sur les               photographies. Il reprend pied.                     Il résout l’équation vitale :  Tenir debout et gagner               sa pitance. Le ciel est en fuite. Il longe le boulevard                     et ses vitrines. Il aimerait s’acheter                             une conduite. (une voix : )« Tu ne peux éviter   de venir parmi                           les hommes. » Sur la place, la nuit                est déjà tombée. Les orphelins,               allumés par les chants et le son des guitares, rejoignent       la communauté tout juste née. Il suit le guide. Ils veulent        sécher l’humidité de leur peau                       autour d’un foyer.

« Sens ton poids peu à peu se perdre          dans ma paume circulaire », dit l’apôtre        en culotte        courte. Il revoit sa vie,            simple et brève, il joue la main               par des touches différentes, s’enfuit comme un boxeur             misérable.

 

 

 

 

 

 

 

L’expérience blesse mais Don Quichotte    n’en fait               qu’à sa tête, il rêve                  d’être un maquereau mais il pêche                des barbeaux. Il se déplace dans un halo                           de tabac froid. Aux confins d’une cité       qu’il n’habite plus, sa voiturette garée                      pour l’abriter du vent, il ignore        le tumulte               et fume             en surplomb                des eaux troubles. Il suffira                    d’une anguille pour qu’enfin, il bredouille            sa fierté            (d’homme). Un cygne avance        tiré par ses remorqueurs.

 

Depuis              que la colère les habite,         ils décrivent des cercles      et s’enracinent            pour ne plus glisser    dans la honte.

Autour du braséro, un certain plaisir          nait      de l’espoir de vengeance.

Ils ont une chaleur vitale et               la voix âpre    pour balancer la haine                      au numéro 1.

Depuis le rond-point, ils répètent, ils répètent     qu’ils iront jusqu’au bout.                la parole chasse          la solitude.

 

 

Les fils de Dieu                         évitent la plupart du temps               d'en venir aux mains. Ils se débattent sur le murmure                      du commun. Incontournables quand ils se congratulent, parlent, un ton au dessus               des forces        de l’ordre.       Sur la place  « faites du bruit »,                     «restez vivant ! »  Puis soudain               les hormones surenchérissent. Neuf fois sur dix               un mot plus haut       et la menace des poings               peut muter en hymne à abattre        -garde à vue               puis retour sur le terrain.                 

 

 

 

 

 

Il a le regard qui pend           tandis qu’il lui parle. Depuis la galerie il est           tellement content de s’adresser à elle.

 

Dans l’auto sur puissante, elle se    recroqueville, elle se re croqueville derrière un camion, une intrigue passionnelle inextricable lui perce les deux               oreilles.

Elle ne prend plus                   d’initiative. Elle ne prend pas de voyageur. Elle se laisse guider                       par le camionneur. Elle écoute l’amant     intarissable ; Elle voudrait lui faire        des appels de phares, tant                  qu’il est encore temps mais               elle se tue               à l’écouter. Elle a le désir      de retrouver son panache. Elle pense aussi     au shampoing             pour soigner sa crinière. Elle pense à une crème de jour et au masque            qui la rendrait belle.

 

Assis à la cafétaria, il suspend sa présence,            le regard diffus, ignorant          le fil droit        des passants, les        trajectoires    sont parfois cahotantes, chez les professionnels de la déchéance.    Le flux des coquettes passe inaperçu,           les paroles hors-sol, aussi.   Les lutteurs assermentés, filent,             il y a des airs bonhommes, des publics qui vieillissent à vue d’œil,               les figurants manifestent la présence de l’hétérogène.

Son plaidoyer dans la peau, il a        toute la raison du monde, entre les dents,

il n’y croit        plus, c’est pourquoi il jouit                avec les mots. Il est propriétaire.

 

Alentour,         les langues se délient,            la femme et l’homme          se rapprochent.                                      Sur le dos       d’un inconséquent,   ils se mettent à nu.

 

 

 

 

 

 

Il s’est trouvé en elle.             Du maquillage.

Ilelle aime       prendre les transports en commun               avec Il qui tricotte     pour passer le temps.                           Des sandales de femme.

 

Ilelle en profite pour attirer le regard et demande               confirmation de sa transition. Ilelle rêve d’être reconnu.e.       Ilelle est né d’un entre deux et a grandi                    dans un mal entendu.            Une culotte de femme.            

 

Il a été voir de nombreux conseillers en orientation.

Ilelle a pu bénéficier de certains organes                de la partie adverse qu’ilelle          tente de sceller en un               tout en un.

Avec les yeux,              Ilelle renouvelle sa demande               d’accusé réception.

Qu’un regard du clan d’origine ne réponde pas    au besoin de l’usager     et c’est la descente. Tant d’accessoires ne suffisent pas           à changer de peau.                 

Vaporette.

Ilelle ne demande qu’à descendre rassemblé.e                  au prochain arrêt.

 

 

 

 

 

 

 

Qui de qui supportera           qui ne sachant pas                   si la voie d’eau les conduira, un jour, au naufrage,         ils invitent. Durant ces rites de commensalité                           parfaitement arraisonnés, les proches tiennent                            la chandelle. Question orientée ou remarque larvée ?    Ils ne sont jamais sûrs d’être touchés   ou coulés -Ils ont des yeux               de sniper, implorent              tour à tour de l’amour avec des yeux d’enfants,                  par la souffrance démasqués, puis              demandent               assistance chacun      entre deux continents, se tiennent                        par la barbichette au risque               d’être bientôt              en quarantaine. Des questions incessantes : Peut-on       faire aussi                     comme si ? C’est une hypothèse.                   Cap provisoire : C’est pour les enfants. Mais elle vient               de se rendre. C’est la mer à boire, elle pense.               Il veut continuer        à être                le capitaine had hoc seulement au fond, c’est Haddock. Et l’addiction n’aime pas            les consignes.